SKEPSISTEME
LA LIBERTÉ COMMENCE AVEC LA CONNAISSANCE CRITIQUE
SITUATIONNISME

Spectacular Times (en anglais)

Mise en forme par Guy Debord, la perspective situationniste se propose avant tout d'intégrer la dimension fondamentalement spectaculaire de la société moderne aux principes généraux de la pensée marxiste. Si on se souviendra de la "révolution de la vie quotidienne" comme un objectif un peu naïf du situationnisme, il reste que toute analyse politico-sociale moderne qui ne prendrait pas en compte l'importance du Spectacle dans les rapports entre commodités et consommateurs serait caduque. Pis encore, le Spectacle a frelaté les esprits et a fait croire à la démocratie de telle sorte que les peuples désirent et votent la fin de la démocratie, la déshumanisation et leur propre anéantissement. Le Spectacle est donc l'atelier de l'aliénation, le promontoire sur lequel on fait passer les objets dont les ombres se reflètent sur le fond de la caverne.

La présence tentaculaire du Spectacle dans le quotidien a été documentée dans un style tragi-comique par Larry Law dans les années 1980 au travers d'une série de tracts intitulée Spectacular Times. Une arme de poing pour les adultes et un guide de lecture incontournable pour les enfants.

Ces documents ont été rassemblés à partir de nntk.net.





Extrait :

Les habitants de la côte pacifique de l'Amérique Latine ont bien souvent faim et souffrent parfois de déficiences protéiques. Les pêcheurs locaux prennent des anchois, mais les sud-américains, trop pauvres, ne peuvent pas se permettre de manger cet aliment riche en protéines. Les anchois sont en revanche exportés au Danemark où ils servent à nourrir les cochons. Les Danois envoient ensuite des rations de porc en conserve comme aide alimentaire à l'Amérique Latine.




La castration mentale

Pour une analyse situationniste dans le contexte social français, très pertinente et très actuelle, un ouvrage phare est celui de Bernard Noël, sorti en 1994 puis réédité en 1997 chez P.O.L., La castration mentale.

Un entretien avec Bernard Noël a été diffusé en 1997, dans lequel il rappelle les points fondamentaux de son analyse.

De façon assez ironiquement triste, cet enregistrement a été rediffusé la nuit du 9 décembre 2015 sur France Culture, qui aujourd'hui ajoute largement son propre effort à la castration mentale... (communiqué par P. D.)

Extrait :

"Ne plus savoir... ça met en l'air à peu près toutes les raisons de faire."




ANALYSES HISTORIQUES

Ernest Renan, penseur de l'antisémitisme

Au XIXème siècle, sous l'âge d'or de la colonisation française, le Grand Officier de la Légion d'Honneur Ernest Renan - figure remarquée de l'institutionalisme français, ce panthéon de noms qu'on fait apprendre aux enfants, avec lesquels on nomme les rues, les écoles ou les stades sportifs, et qu'on donne à manger au mythe vorace de la Grande France Éternelle - s'était attaché à établir méthodologiquement l'infériorité intellectuelle des peuples sémites (hébreux et arabes) sur la base d'amalgames époustoufflants entre langue, croyance, comportement... et cerveau. Renan écrit son dégoût pour l'esprit sémite, que la religion "met en face d'une éternelle tautologie : Dieu est Dieu." Comme si la pétition de principe n'était pas le fait de toute religion !

La pseudo-scientificité eugéniste de Renan fait partie de toute une lignée de théories élaborées ou reproduites par un troupeau d'intellectuels français, au nombre desquels Paul Broca, Joseph de Gobineau ou encore Georges Vacher de Lapouge (voir notamment l'entrée suivante).

Cette publication est de Djamel Kouloughil (communiquée par D. M. - le surlignage est de lui)





La France impérialiste : colonisation et décolonisation

Naissance, expansion et dégénérescence de l'Empire colonial français, vues par Jean-Pierre Minaudier. (documents communiqués par D. M. - le surlignage est de lui)





Fraud, Famine and Fascism (en anglais)

Sous-titre : Le mythe du génocide ukrainien de Hitler à Harvard.

Douglas Tottle, ouvrier canadien de métallurgie, syndicaliste actif et journaliste matérialiste, publia en 1987 une critique sur la convention historique - revendiquée par la plupart des Ukrainiens émigrés - impliquant (entre autres choses) la responsabilité de l'URSS dans les vagues de mortalité exceptionnelles qui frappèrent l'Ukraine au début du XXème siècle. Le travail de Tottle est d'une importance capitale, car cette dernière interprétation historique constitue un argument fondamental chez les Ukrainiens pour associer le communisme (en général !) à l'oppression, à la misère et à la terreur - argument d'ailleurs largement repris par toutes sortes de détracteurs de l'idéologie marxiste ou, lorsque la distinction est faite, du stalinisme. Ce texte, comme tout texte, doit être abordé avec circonspection, mais il ouvre la voie à une approche dialectique du problème et à l'approfondissement du sujet sur une base objective. Au-delà de l'existence et de la nature de ladite famine elle-même, il s'agit d'examiner le rapport entre l'origine des pénuries sous l'ère soviétique et les famines qui ont décimé les populations sous d'autres régimes, et en particulier le contraste extrême généré par l'économie capitaliste entre faim et surabondance. Attention à ceux qui délibérément changent l'axe des débats et amincissent la perspective des problèmes.

Il n'existe pas, à ma connaissance, de traduction française.





Timeline of CIA atrocities (en anglais)

Chronologie des intrigues, interventions secrètes, assassinats, renversements de gouvernements élus, déstabilisations et exactions en tout genre de la Central Intelligence Agency - par Steve Kangas, sur la base du livre de William Blum : Killing Hope: U.S. Military and CIA Interventions since World War II.





Profits über Alles! American corporations and Hitler (en anglais)

Histoire des relations et accords de coopération entre corporatisme américain et nazisme, par Jacques R. Powels. Sur le cas particulier de la France, lire Le choix de la défaite d'Annie Lacroix-Riz.

Une publication de Global Research du 8 juin 2004.





ÉCONOMIE

Dépendance des États à la dette privée et cycles de crise du capitalisme

Inflation, dette publique, dette privée... tel est l'enchaînement "évolutif" de l'économie capitaliste au XXème siècle, chaque procédé instauré pour prolonger l'agonie d'une période économique conduisant à une nouvelle crise, dont le fardeau est toujours porté par les classes travailleuses. Et, bien entendu, les contradictions du système d'accumulation des profits demeurent et s'intensifient. Ces cyles ont toutefois été bercés par une tendance, celle de la dépendance grandissante des fonds étatiques aux fonds privés - c'est-à-dire, aux banques. C'est ainsi que les économies nationales sont devenues, à terme, des investissements dont le devenir est décidé d'abord par les lobbyistes et les grands patrons de la finance.

Un article de Wolfgang Streeck publié en janvier 2012 par Le Monde Diplomatique.


POUR ME CONTACTER: IDRIS [AT] SKEPSISTEME.NET